S

Frans Masereel

30/07/1889, Blankenberge — 03/01/1972, Avignon

1Gand 1912, © J. de Lattre

2Zurich 1918, © Ruf

3Autoportrait, Holzschnitt 1923

41925, Archives FMS

5Paris 1926, , avec sa femme Pauline

61931 © Franz Pfemfert

7Paris 1937, © Carel Blazer

8Avignon 1941, Archives FMS

9Saarbrücken 1949, © Steinhoff

10Nice 1950, Archives FMS

11Nice 1958, © Wettstein

Nice 1961, © Gatti

13Nice 1968, Archiv FMS

14Avignon 1970, © Khitrick

VIVRE ET TRAVAILLER

1889

Frans Laurent Wilhelmina Adolf Lodewijk Masereel nait le 30 juillet 1889 à Blankerberghe, sur la côte belge.

1906 – 1908

Formation d´imprimeur, de lithographe et de typographe à Gand ; fréquentation de l´Académie des Beaux-Arts de Gand, dirigée par Jean Delvin.

1909 – 1914

Premier séjour à Paris 1909 ; à Gand il fait la connaissance de Pauline Imhoff, avec qui il s´établit à Paris ; il passe la majeure partie de l´année 1911 en Tunisie où il se consacre à la peinture ; 1913 première gravure sur métal et sur bois.

1914 – 1915

Le début de la guerre le surprend alors qu´il se trouve en Bretagne, où il passe ses vacances d´été ; dans un premier temps, il retourne en Belgique, pour ensuite, après l´occupation de la Belgique par les troupes allemandes, retourner à Paris ; premières publications de dessins.

1915 – 1916

Masereel s´établit avec sa famille en Suisse et s´installe à Genève où il retrouve Henri Guilbeaux qui l´introduit au sein des cercles littéraires et politiques des adversaires de la guerre qui s´y trouvent ; il contribue à demain, la revue de Guilbeaux ; avec Claude le Maguet (Claude Salives) création de la revue antiguerre les tablettes pour laquelle il fera 47 gravures sur bois jusqu´en 1919.

1917

Masereel contribue au quotidien La feuille de Jean Debrit pour lequel il crée presque quotidiennement des dessins anti-guerre ; les deux premières pochettes de gravures sur bois paraissent à Genève : Debout les morts et Les morts parlent ; illustrations de Quinze poèmes d´Émile Verhaeren ; rencontre puis amitié avec Stefan Zweig qui, dans les années qui suivent, a grandement contribué à la diffusion de l´oeuvre de Masereel.

1918

Publication à compte d´auteur de son premier roman en images 25 images de la passion d´un homme à Genève ; en décembre exposition dans le salon Tanner à Zurich ; illustration de Hôtel-Dieu de P. J. Jouve et Le sang des autres de René Arcos.

1919

Publication à compte d´auteur de Mon livre d´heures ; avec René Arcos, fondation des Éditions du Sablier où parait aussi son roman en images Le soleil ; illustration de La Mère de Leonhard Frank, Liluli de Romain Rolland, Lapointe et Ropiteau – Comédie de Walt Whitman et Le Paquebot Tenacity de Charles Vildrac.

1920

Dans les Éditions du Sablier publication Un fait divers (8 gravures sur bois en deux séries imprimées sur une feuille) et du roman en images Histoire sans paroles ; à Paris dans la maison d´édition Ollendorff parait son histoire en images Idée ; la série de grandes gravures sur bois individuelles souvent socialement engagées inaugure Les fumées ; dans la maison d´édition Kurt Wolff première édition allemande de Mon livre d´heures ; Kasimir Edschmid publie à Berlin le tome Dessins politiques avec des reproductions des dessins de La feuille ; exposition dans la librairie Kundig à Genève ; amitié avec Georg Reinhart à Winterthur ; début de sa contribution dans Clarté ; illustration e. a. de Le Dernier Homme – Version nouvelle d´Andreas Latzko, Pierre et Luce de Romain Rolland, Cinq récits d´Émile Verhaeren, Bubu de Montparnasse de Charles-Louis Philippe et La Contrainte de Stefan Zweig.

1921

Voyage en Allemagne et en Autriche ; la Belgique lui refuse la délivrance d´un passeport ; publication de dessins chez I. B. Neumann à Berlin sous le titre de Grotesk-Film ; édition allemande de La Passion d´un homme chez Kurt Wolff ; à Genève paraissent les gravures sur bois Souvenirs de mon pays et l´oeuvre commune de Masereel et Rolland, La Révolte des machines ou La pensée déchaînée ; décorations et costumes pour un spectacle de G. B. Shaw Androkles et Le Lion à Genève ; exposition à Winterthur ; illustrations e. a. de Quelques coins du coeur d´Henri Barbusse, Le travailleur étrange et autres récits d´Émile Verhaeren, Le trésor des humbles de Maurice Maeterlinck.

1922

Déménagement à Paris dans la Rue Lamarck sur la colline de Montmartre ; lithographies pour l´oeuvre Fairfax de Carl Sternheim pour Alfred Flechtheim, dans les galeries à Berlin et Düsseldorf de ce dernier, il fait aussi des expositions ; pour cette occasion, voyage en Allemagne ; esquisses de décorations, de costumes et de silhouettes pour la satire Liluli de Romain Rolland à Paris ; première exposition dans la Galerie Billiet à Paris.

1923

Voyages en Allemagne et en Europe centrale ; début des travaux sur 666 gravures sur bois pour illustrer Jean Christophe de Romain Rolland ; à Berlin parait, rédigée par Stefan Zweig et Arthur Holitscher, la première monographie de Masereel et de son oeuvre ; illustrations e. a. de la Chronique du début/ commencement du vingtième siècle de Carl Sternheim et The ballad of reading gaol d´Oscar Wilde.

1924

Premier séjour d´été à Boulogne-Sur-Mer et Équihen, près d´un village de pécheurs ; George Grosz rend visite à Masereel à Paris.

1925

À Équihen, à Boulogne-Sur-Mer, Masereel achète une maison de pécheur aménagée dans laquelle il vit et dessine chaque année pendant plusieurs mois, jusqu´en 1940 ; visite de George Grosz et de sa femme à Équihen ; parallèlement, la série de gravures sur bois La Ville parait à Paris et à Munich ; illustration de Der Narrenbaedecker d´Arthur Holitscher.

1926

Pour la maison d´édition Kurt Wolff, Masereel illustre L´Histoire de Ulenspiegel et Lamme Goedzak et leurs aventures héroïques, heureuses et glorieuses en Flandre et ailleurs avec 150 gravures sur bois ; également chez Kurt Wolff paraissent les deux premières éditions destinées au peuple des romans en images Mon livre d´heures et Le Soleil, dans la maison d´édition Kurt Wolff et Carl Reissner à Dresde parait la collection Images de la Grande Ville et à Paris et Munich les gravures sur bois de Figures et grimaces ; exposition à Moscou, Paris, Winterthur et chez Alfred Flechtheim à Berlin.

1927

Les romans en images Histoire sans paroles et Idée paraissent en tant qu´éditions destinées au peuple chez Kurt Wolff ; le cinquième et dernier tome de l´édition illustrée de Jean Christophe de Romain Rolland parait ; illustrations de Découverte de Longview de Luc Durtain.

1928

Parallèlement à Paris et à Munich parait L’OEuvre ; contribution à la revue Monde d´Henri Barbusse jusqu´en 1935 ; illustration de Sire Halewijn de Charles de Coster et Le Horla et autres contes de Guy de Maupassant ; exposition dans l´association d´art de Leipzig.

1929

Masereel obtient à nouveau un passeport belge en début d´année ; illustrations de Médard de Paris de René Arcos ; G. F. Hartlaub organise la première exposition de l´oeuvre complète dans la Galerie d´Arts municipale de Mannheim ; le catalogue contient aussi le premier répertoire de l´oeuvre graphique, adapté par H. C. von der Gabelentz.

1930

Masereel obtient à nouveau un passeport belge en début d´année ; illustrations de Médard de Paris de René Arcos ; G. F. Hartlaub organise la première exposition de l´oeuvre complète dans la Galerie d´Arts municipale de Mannheim ; le catalogue contient aussi le premier répertoire de l´oeuvre graphique, adapté par H. C. von der Gabelentz.

1931

Achèvement et pose des mosaïques pour le solarium de Georg Reinhart auxquelles Masereel travaillait depuis 1929 ; Pierre Vorms publie la Monographie de Masereel de Luc Durtain.

1932

Participation, en tant que membre de la présidence, au congrès mondial contre la guerre et le fascisme ; premier spectacle d´essai du film que Masereel avait créé d´après son roman en images Idée avec le cinéaste de dessins animés tchèque Bertholt Bartosch ; le livre La Sirène parait chez Vorms.

1933 – 1934

Dans la maison d´édition de Vorms à Paris paraissent, dans une pochette, les gravures sur bois de la série Expiations ; exposition à Winterthur ; début de l´ostracisation en Allemagne ; mort de sa mère en 1934 ; exposition à Zagreb, Strasbourg et Marseille.

1935

Le tome Capitale avec 66 dessins est publié à Paris ; premier voyage en Union Soviétique ; exposition à Moscou et Tbilissi ; en 1935 et 1936 contribution dans la revue hebdomadaire Vendredi.

1936

Exposition à Paris et Londres ; deuxième voyage, de trois mois cette fois-ci, en Union Soviétique ; l´album Souvenirs marins est publié.

1937

Dans le cadre de « L´Union de syndicats de la région parisienne », Masereel dispense un cours de dessin et de peinture pour les travailleurs ; voyage en Espagne républicaine en tant que membre de la délégation française des artistes ; peinture murale pour le pavillon belge et le pavillon du mouvement mondial de la paix lors de l´exposition mondiale à Paris ; l´Album Navires est publié ; en 1937 et 1938 contribution dans le quotidien Ce Soir.

1938

Réédition de la Passion d´un homme avec le texte de l´oeuvre de chorale Jemand, que Hans Sahl avait écrit en référence aux gravures sur bois à l´occasion de la 15e fête suisse des travailleurs-chanteurs à Zurich ; l´album La Mer est publié.

1939

La maison d´édition Oprecht à Zurich publie les gravures sur bois de la série Du noir au blanc ; l´album Nature est publié ; esquisse de décors et de décorations pour la représentation de Grand-peur et misère du Troisième Reich de Bertolt Brecht à Paris qui n´avait pas pu être montée suite au déclenchement de la guerre ; après le début de la guerre jusqu´à l´invasion des Allemands en France en 1940, aide au sein du service allemand du ministère de l´information français, pour lequel il créa des tracts ; en février exposition de Du noir au blanc dans le Club des cahiers de la jeunesse ; exposition dans la Perls Gallery à New York.

1940

En début d´année paraissent des gravures sur bois sous le titre Sous les signes du zodiaque ; le 13 juin, Masereel, sa femme, la femme de Richard Bloch, sa fille et la fille de Thea Sternheim se réfugient, à pied, des troupes allemandes, dans le sud de la France ; Masereel s´établit finalement à Avignon.

1941

Atelier dans le Palais des Papes à Avignon ; chez Herbert Lang à Berne paraissent 25 dessins sous le titre de Danse macabre ; exposition dans la bibliothèque nationale de Bogotá (Colombie).

1942

Court séjour à Winterthur et Bern ; à Paris sont publiés en juin 1940 28 dessins et 4 aquarelles concernant l´exode vers le sud de 1940 ; édition américaine de Danse macabre à New York dans la maison d´édition Pantheon Books de Kurt Wolff.

1943

Après l´occupation allemande qui s´était étendue jusqu´au sud de la France, Masereel et sa femme partent, sous de faux noms, pour Lausson, près de Montflanquin, département Lot-et-Garonne et habitent jusqu´en 1945 dans le moulin de Bezis ; en contact avec la Résistance ; à Zurich est publié Destins, une collection de 44 dessins.

1944

À Berne est publié la série de dessins La terre sous le signe de Saturne.

1945

Déménagement dans trois chambres vides du Château de Boinet, Lot-et- Garonne, qui avaient été habitées, durant la guerre, par l´écrivain belge Louis Piérard.

1946

Chez Herbert Lang à Bern sont publiées les collections de dessins La colère et Remember !

1947

Début de son activité de professeur au sein de l’école des arts et métiers refondée à Sarrebruck et dirigée par son ami H. Henry Gowa ; en mai exposition dans les locaux de l´école ; deux séries dessins sont publiées dans le Saar-Verlag, Sarrebruck, à chaque fois une édition française et une édition allemande : Des anges/Engel et Apparitions/Erscheinungen.

1948

Première exposition après la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, dans la Galerie Egon Günther à Mannheim ; le livre Jeunesse parait dans la maison d´édition Oprecht à Zurich, Les Âges de la vie chez H. Lang à Berne.

1949

Déménagement dans un appartement près du Vieux Port de Nice ; à Zurich parait Ecce Homo.

1950

Remise du Grand Prix International de l´OEuvre graphique de la Biennale de Venise ; esquisses de décors et de costumes pour la représentation de L’Histoire du soldat de C. F. Ramuz avec la musique de I. Strawinsky au théâtre national de la Sarre à Sarrebruck ; exposition à Hambourg ; publication du tome Clef des songes à Lyon.

1951

Opération des yeux à Paris ; le 5 juillet il est élu à l´Académie Royale des Sciences, de la Littérature et des Arts de Belgique ; abandon de son activité de professeur à l´école des arts et métiers à Sarrebruck ; expositions à Gand, Bruxelles, Anvers, Rotterdam et dans la Galerie Hielscher à Munich.

1952

Décorations et costumes pour Noces de sang de Federico Garcia Lorca au théâtre national de Bâle et pour sa pièce La Maison de Bernarda Alba au théâtre national de Berne ; exposition dans le Musée du Land de Hesse à Darmstadt ; Pierre Vorms reprend son activité d´éditeur pour Masereel et publie Notre temps.

1953 – 1955

Deuxième opération des yeux ; création de l´association internationale des graveurs sur bois XYLON à Zurich dont il devient le président ; le gouvernement du Land de Hesse à Wiesbaden fait l´acquisition d´une série de dessins grand format et les publie sous le titre de L´Apocalypse de notre temps ; en 1953, exposition de l ´oeuvre graphique dans la Galerie Kléber à Paris ; 1954 parution de Pour quoi ? chez Vorms.

1956

L´oeuvre Mon livre d´images est publié chez Vorms à Belvès ; parution de Mijn Land/Mon pays à Bruxelles.

1957

Exposition dans l´Académie des arts à Berlin (Allemagne de l’Est).

1958

Parution de la série de gravures sur bois Aventure nocturne chez Vorms ; en octobre et novembre séjour dans la République populaire de Chine à l´occasion d´une exposition présentée à Pékin, Shanghai et Wouhan ; il apprend que ses romans en images sont très réputés en Chine et qu´ils ont été publié sans sa connaissance ; exposition à Lübeck ; Grande rétrospective dans l´Académie royale des beauxarts d’Anvers ; participation à l´exposition itinérante Les Artistes contre la guerre nucléaire ; Alfred E. Ohnesorg et Wolfgang Habermehl obtiennent le Prix fédéral du film pour leur documentaire sur Masereel de 1957.

1959

La pochette de gravures sur bois La Nuit et ses filles est publiée par Vorms. Exposition Souvenirs de Chine dans plusieurs villes ; parution d´une monographie dans le Verlag der Kunst à Dresde ; film sur Masereel de Frans Buyens.

1960

Les gravures sur bois Joies de la vie paraissent à Anvers ; début du travail sur les 20 gravures sur bois de la série Histoire de fou ; exposition à Francfort-surle- Main.

1961

Parution chez Vorms des gravures sur bois Étalages et Souvenirs de Chine dans une pochette avec des représentations d´après des peintures et des dessins ; décorations et costumes pour la mise en scène du Urfaust (première version de Faust) de J. W. von Goethe au Théâtre de Wuppertal-Barmen ; film des studios DEFA sur Masereel de Theo Pinkus et Joop Huisken.

1962 – 1963

Dans le Asmus-Verlag à Hambourg, parution de gravures sur bois illustrant Le Vieil Homme et la Mer d´Ernest Hemingway ; prix Jost Van den Vondel de la Wilhelms-Universität de Münster ; exposition à Prague ; 1963 Vorms édite la série de gravures sur bois Poètes.

1964

Voyages à Hambourg et en Hongrie où le musée des beaux-arts à Budapest organise une grande exposition ; ensemble avec Ernst Bloch, Masereel obtient Le Prix de la Culture de la confédération syndicale allemande ; parution de la Route des hommes dans le Limmat-Verlag à Zurich et Das Gesicht Hamburgs dans le Asmus-Verlag Hambourg.

1965 – 1966

Décors et décorations pour la version opéra de Wolfgang Fortner des Noces de sang de Federico Garcia Lorca sur la scène municipale à Heidelberg ; grande exposition à Nice ; parution de la série de gravures sur bois Couples chez Vorms, la pochette de gravures 100 ans pour l´homme dans le syndicat Nahrung, Genuß, Gaststätten à Hambourg.

1967

Esquisses de décorations et de costumes pour la représentation de La Flûte enchantée de W. A. Mozart sur la scène municipale à Heidelberg ; exposition à Kaiserslautern et Heidelberg à cette occasion ; Vorms publie Gespräche mit Frans Masereel à Dresde et Zurich ; remise de la Médaille Käthe Kollwitz à Berlin (RDA).

1968

Pauline, la femme de Masereel, meurt le 10 septembre à Nice ; Masereel est nommé sénateur d´honneur de l´école supérieure des beaux-arts de Dresde ; la série de gravures sur bois Mains parait chez Vorms et Antwerpen chez Mercatorfonds à Antwerpen.

1969 – 1970

Masereel épouse Laure Malclès le 14 janvier 1969 ; il vit la plupart du temps à Avignon sans abandonner l´appartement-atelier à Nice ; titre honorifique de docteur de la Humboldt-Universität à Berlin (Allemagne de l’Est) ; peu de temps plus tard il est nommé citoyen d´honneur de sa ville de naissance Blankenberghe ; de nombreuses expositions à l´occasion de son 80e anniversaire ; le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) envoie ses félicitations et exprime « une grande admiration » à l´égard de son oeuvre, signé Willy Brandt, Helmut Schmidt et Herbert Wehner.

 1971

À Bruges, remise du Prix Achille Van Acker offert en 1969, qui lui est prodigué pour la valeur artistique et sociale de son oeuvre.

 1972

Frans Masereel meurt le 3 janvier à Avignon ; le 8 janvier cérémonie funèbre dans le musée des beaux-arts à Gand ; Frans Masereel est enterré au cimetière de Sint-Amandsberg, une commune de Gand.